L’iPod transpire, Apple inspire…

Depuis quelques mois, nombreuses sont les rumeurs de possibles rapprochement entre Apple et divers constructeurs automobile (Volkswagen, Mercedes ou Jaguar) voir aéronautiques (Airbus). Rumeurs assez floues et pas très instructives sur la forme mais qui témoignent sur le fond de 2 sujets clé de notre métier : oui, les designer dialogues entre-eux, et non, la révolution iPod n’est pas terminée.

Si ces rumeurs sont avérées, cela signifie que, bonne nouvelle, des experts dans un domaine ont suffisamment démontré leurs qualités au travers des produits qu’ils ont conçu pour que leur travail soit reconnu… et soit pour d’autres une véritable source d’inspiration. « L’équipe » d’Apple – on ne sait trop si ce n’est que le grand patron Steve OU une équipe pluridisciplinaire OU le designer en chef (Jonathan Ive) – continue donc à inspirer (« inspired » était son moto de campagne pub il y a quelques année) se retrouverai donc à participer de près ou de loin à l’élaboration de nouveaux produits/services dans des domaines qui lui sont apparemment étrangers. Ceci bien entendu au grand bénéfice de nous autres, futurs clients et utilisateurs.

Apple et VolkswagenEt voilà que dans son numéro de fin d’année la revue de déco/design IDEAT publie un dialogue avec le designer automobile de chez Volvo. Ce dernier résume en 4 lignes ce dont toutes ce rumeurs témoignent : les designer ont tous désormais compris que l’interface faisait partie prenante du succès de leur objet, et c’est l’iPod qui en a été le révélateur : « L’iPod est devenu une source d’inspiration pour tous les designers car, la façon de concevoir un objet complexe (…) est une révolution. Son design est une évidence. Tout l’industrie automobile cherche à inventer son iPod »
Que dire de plus ?…
L’iPod continue donc à « transpirer » : outre le côté « négatif » de faire transpirer ses concurrents et toute l’industrie musicale, il nous offrirait son côté « positif » en transpirant ses qualités de design pour le bien de tout un tas d’autre produits…
Oui, L’iPod est un exemple de « simplicité apparente », et nous devons tenter pour tout projet d’adopter cette posture de départ. Mais ce que cela traduit surtout je crois, c’est que le plus grand nombre (et non plus uniquement le cercle réduit des Mac users) a enfin compris le bénéfices et les qualités d’une « bonne » interface.

Tel Raymond Lewy qui a fait découvrir au monde l’intérêt du design dans la conception produit au début du XXè siècle (Philippe Starck l’a relayé en France… 60 ans après), on peut peut-être aujourd’hui prétendre que le duo Steve Job/Jonathan Ive, fait à son tour découvrir au monde que les interfaces des produits contemporains sont les premiers vecteurs de leurs succès.

Rendons à César, donc… Merci l’iPod !

Voir aussi :
Apple et Airbus

Design simplicity

Les commentaires sont fermés.